Accueil > Général Informatique > Il n’y a pas que le système Windows pour nos machines...

Il n’y a pas que le système Windows pour nos machines...

mardi 2 avril 2013, par Administrator

Windows n’a pas l’apanage de la micro-informatique. Il y a d’autres systèmes de disponibles, dont les Linux par exemple. Quel est le meilleur pour vous à l’heure actuelle ?

Effectivement, il n’y a pas qu’un système Windows pour nos machines. Les Linux sont des systèmes alternatifs, comme leur nom l’indique, donc, une alternative à Windows.

Ils sont gratuits, modifiables à volonté et efficaces, voire futuristes. Vos documents sont compatibles, ils auront la même tête sous Linux que sous Windows (par exemple, les vidéos ou les photos, ou bien encore un texte).

De plus en plus, ils sont utilisés également comme serveurs en entreprise, ou bien comme systèmes pour les postes de travail. Dans cet article je vais rester sur l’utilisation d’un poste pour particulier ou petite entreprise.

Lequel vous faut-il vraiment ? Ils sont tous différents, et tous adaptés à différentes utilisations. Si vous êtes plus ou moins débutant, les distros seront faites plus ou moins pour vous. Mais au fait, c’est quoi une distro ?

Une distro c’est...

J’ai choisi donc d’entrer dans le vif du sujet. J’ai téléchargé plusieurs distros sur mon bureau et je les ai gravées (voir graver un .iso).

Il y a là un petit panel sympathique des versions de linux relativement récentes.

Nous avons LinuxMint Nadia, Commodore OS Vision et Ubuntu 12.10, Debian Squeeze. Pour les connaisseurs, je reste dans les distros qui gèrent les paquets en .deb par goût personnel. Exit les distros avec la gestion des paquets en .rpm donc (Mandriva, Mageia, Open Suze entre autres). Un premier tri est donc effectué dés le départ.

Première impression :

J’installe un triple boot.

En premier, Commodore OS Vision. Tout se passe bien. Il faut juste éviter de s’impatienter pendant l’installation et surtout d’éteindre la machine lorsque l’écran se retrouve strié de bandes bizarres. C’est à priori normal pendant l’install. Donc être patient.

En second, Linux Mint. Et là tout se complique. A l’installation, le partitionnement manuel me pose quelques problèmes. Ensuite vient le problème du grub. Le grub de mon Linux Mint ne voit pas l’OS de Commodore.

Pour finir, je suis sauvée grâce à Ubuntu que j’installe en dernier et en parallèle des deux premiers. Son grub à lui fonctionne impeccablement et il repère en moins de deux ses deux confrères, pour me les signaler au démarrage dans le menu du grub2.
Un peu fainéante, je n’ai pas sorti la panoplie d’outils logiciels qui me permet de restaurer un grub (et comme j’oublie entre deux interventions, je suis de plus en plus fainéante).

Sachez que Super Grub 2 vous permet de déceler tous les systèmes de vos disques durs à partir d’un simple CD en cas de problème.

J’ai donc installé un triple boot linuxien sans toucher une seule ligne de commande.

La Debian s’est installée sans souci aucun sur une autre machine en double boot, avec un Windows 7 Ultimate.

Les plus fiables à l’installation sont pour l’instant : Ubuntu 12.10 et Debian 6. Sans surprise.

Démo : présentation Ubuntu 12.10

Et déjà, je peux me prononcer, pour un débutant, Ubuntu 12.10 est la meilleure distro, car il aura un support en français conséquent, des forums sympas.
Il peut tenter la Debian également, même si c’est un tout petit peu moins intuitif pour un débutant. Il peut aussi se fournir sur le forum d’Ubuntu français, car les deux distros sont assez semblables.

Elles sont également très stables. Donc en numéro 1 : Ubuntu et si la personne se sent, plus tard, la Debian.

Une distro vient de me surprendre en bien, c’est celle de Commodore. Commodore qui l’offre en promo de ses machines qui sortiront avec ce système dans le ventre. Des machines qui ressemblent trait pour trait aux vieilles machines Commodore. Le clin d’oeil est super.

Bref, le mien, d’oeil, clignote en direction de cette distro hors du commun. C’est une réelle nouveauté. J’en attends déjà de la créativité rien qu’au nom. Mon tout premier ordinateur digne de ce nom était un Amiga. Il était d’une avancée créative étonnante pour l’époque.

Elle est de plus très belle... Et ça compte. Par contre, mal traduite, je dois lire l’essentiel en anglais. Non anglophone s’abstenir.

Deuxième impression :

Le “non-débutant” (rien de négatif, juste pour éviter aux personnes de perdre leur temps) pour moi est capable de sortir un cd de réparation de grub , et de taper un minimum dans la ligne de commande. Il lit l’anglais. Même mal, mais un minimum aussi.
Il n’est pas encore “avancé”.

A l’usage, l’os de Commodore est très stable (j’aime beaucoup la stabilité) et très agréable à utiliser. La Debian, ce n’est plus un secret, est devenue monstrueusement clean et agréable aussi, d’une stabilité exemplaire. Elle est tout simplement parfaite à mes yeux. Mint n’est toujours pas ma préférée.

Le bilan de la confrontation pour les "non-débutants" :

En première position arrive Commodore OS Vision (qui est le système à partir duquel j’écris cet article, l’essayer pour ma part, c’est l’adopter), en seconde position la Debian.

Je ne bosse pas sur Linux Mint (décidément, Linux Mint ne sera jamais ma tasse de thé, je lui reproche d’avoir toujours un petit détail, voire plusieurs, qui gènent, ça ne fait pas “fini”, on peut avoir envie de bidouiller comme ne pas en avoir envie non plus, qu’on aime ou pas).

Rien n’empêche d’installer un double-boot Debian-Commodore. C’est assez sympa.

Mes derniers tests effectués sur ces distributions datent de novembre 2010.

A l’époque, tout public confondu, Ubuntu était en première position et la Debian était en deuxième position, pour finir venait Mint. Commodore OS Vision n’existait pas.

Pour le linuxien déjà confirmé, je ne saurais que recommander la Debian. Ceci dit, le linuxien déjà confirmé a des préférences bien établies et n’aura pas besoin de conseil.

Par la suite, vous pouvez aussi spécialiser vos envies, et trouver les distro qui vous donnent toute satisfaction en la matière. Il y en a de très légères qui tiennent sur des clés usb toutes entières, d’autres spécialisées musique avec un noyau basse latence par exemple.

Démo : présentation interface graphique de Ubuntu Studio 12.04 LTS avec XFCE.

Si vous avez un doute, pour le CPU, prenez la version cd i686. Pour tout ce qui est Phenom plusieurs coeurs et AMD, c’est X86_X64 qu’il vous faudra. Voir le détail sur le site de chaque distro.

Maintenant, Linux est capable de reconnaître la plupart des matériels, ce qui est tout à son honneur, les fabricants développent les pilotes souvent uniquement pour Windows (dont l’équipe n’a pas cet effort à fournir, contrairement à celles des Linux qui doivent tout faire, pilotes compris). Pour la compatibilité, le mieux c’est d’essayer en live-cd d’abord (ça n’installe rien sur la machine et au redémarrage, tout disparaît) et pour du matériel pointu, d’aller voir également à ce sujet sur le site de la distro.

Linux est à maturité et fiable. On peut quasiment tout faire avec, y compris s’amuser et le tout gratuitement. Il rebooste également littéralement les vieux ordinateurs, se montrant plus léger tout en offrant les dernières technologies. Linux est “tendance”. Linux voit les fichiers windows, il est compatible. Se faire plaisir à peu de frais (le prix des cd pour les graver) à l’heure actuelle, tout en rénovant éventuellement de vieilles machines, ça n’a pas de prix !

Une enquête est en cours "Balade au pays des systèmes alternatifs". Bientôt sur ce site. A suivre...